Paix et sécurité

Depuis la rentrée parlementaire de septembre dernier, deux dossiers ont entre autres émaillé l’actualité en matière de paix et de sécurité.

De nouvelles armes nucléaires en Belgique

En acceptant de nouvelles armes nucléaires sur son territoire, la Belgique viole la clause de non-prolifération de l’article II (interdiction pour tout Etat non doté d’armes nucléaires d’accepter le transfert d’armes nucléaires) et la clause de désarmement de l’article VI (obligation de cessation de la course aux armements nucléaires) du Traité de non-prolifération de 1968.

Il ne s’agit pas ici uniquement d’une question morale, mais également d’implications stratégiques. Les armes nucléaires sont les pires armes de destruction massive jamais conçues et les Etats-Unis sont la seule puissance au monde à stationner des armes nucléaires dans des pays tiers. Or, aujourd’hui, tous les experts s’accordent pour dire que ces armes ne servent plus à rien puisque toutes les cibles potentielles sont à la portée des bombes stratégiques stationnées aux USA. Sur des enjeux aussi graves, le gouvernement belge doit maintenant dire la vérité et accepter d’ouvrir le débat en toute transparence.

L’offensive turque en Syrie et la position de la Belgique

J’ai appelé, au nom d’Ecolo, à des sanctions à l’égard de la Turquie et à une position ferme de la Belgique en tant que membre du conseil de sécurité de l’ONU. Par ailleurs, pour les Verts, la situation des enfants belges en Syrie nécessite une réponse politique sans délai, au nom de l’intérêt supérieur des enfants.

Saskia Bricmont, eurodéputée “appelle à une action coordonnée au niveau européen, que la Belgique et les États membres concernés mettent tout en œuvre afin de faciliter le rapatriement de ces enfants. Il s’agit d’un impératif humanitaire du fait des conditions de vie dans ces camps et du danger que cela représente pour des enfants, décuplé aujourd’hui par l’intervention turque. L’enjeu est également sécuritaire : l’OCAM pointe les risques de radicalisation au sein des camps et de fuite des prisonniers djihadistes du fait de l’offensive turque. Il est donc impératif de rapatrier les Belges partis combattre et d’assurer leur poursuite judiciaire en Belgique”.

🇹🇷🇸🇾 Quand l'OCAM élève la menace terroriste au niveau 4 et dit qu'il faut fermer les écoles, l'État belge exécute. Quand l'OCAM dit qu'il faut rapatrier les enfants et juger les djihadistes partis en Syrie, l'État belge reste sourd? Oui, ce n'est pas populaire, ça je le conçois… Mais nous payons tous le prix de l'inaction du gouvernement fédéral. Le danger d'évasions de terroristes est maintenant bel et bien réel dans le nord-est de la Syrie. J'étais hier soir pour la première fois sur le plateau #AVotreAvis pour intervenir dans ce débat difficile. Aujourd'hui, à la Chambre, notre résolution pour le rapatriement des enfants sera officiellement prise en considération. Urgent d'agir !https://www.rtbf.be/auvio/detail_a-votre-avis?id=2557424

Publiée par Samuel Cogolati sur Jeudi 24 octobre 2019